Calcul de l’impôt en EURL : comment optimiser sa fiscalité ?

Le calcul de l’impôt en EURL est un sujet complexe et crucial pour les entrepreneurs souhaitant optimiser leur fiscalité. Cet article vous présente les différents aspects à prendre en compte lors du calcul de l’impôt, ainsi que des conseils pour vous aider à minimiser votre charge fiscale.

Comprendre le statut juridique de l’EURL

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) est une forme juridique prisée par les entrepreneurs souhaitant créer leur propre entreprise. L’EURL permet de bénéficier d’une responsabilité limitée au montant des apports effectués par l’associé unique, tout en conservant une certaine souplesse dans la gestion et la fiscalité de l’entreprise.

Le régime fiscal de l’EURL

L’EURL peut choisir entre deux régimes fiscaux : l’impôt sur le revenu (IR) ou l’impôt sur les sociétés (IS). Le choix du régime fiscal dépend notamment du profil de l’associé unique et des objectifs poursuivis par ce dernier.

L’impôt sur le revenu (IR) : Si l’associé unique est une personne physique, il peut opter pour le régime fiscal de la micro-entreprise, sous certaines conditions, ou celui du régime réel. Dans ces deux cas, les bénéfices de l’EURL sont imposés directement au nom de l’associé unique, selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

L’impôt sur les sociétés (IS) : Si l’associé unique est une personne morale, ou si l’associé unique personne physique décide d’opter pour l’IS, les bénéfices de l’EURL sont imposés au taux de 15 % sur la tranche de bénéfice inférieure à 38 120 € et de 28 % au-delà. Ce taux sera réduit à 25 % en 2022.

A découvrir également  ACRE : une aide précieuse pour les entrepreneurs en devenir

Calcul de l’impôt en EURL

Le calcul de l’impôt en EURL dépend du régime fiscal choisi. Voici quelques éléments à prendre en compte :

Pour le régime micro-entreprise :

  • Un abattement forfaitaire est appliqué sur le chiffre d’affaires pour tenir compte des charges, soit 71 % pour les activités commerciales, 50 % pour les activités de services et 34 % pour les activités libérales.
  • Le montant obtenu après abattement est soumis au barème progressif de l’IR.

Pour le régime réel :

  • Les bénéfices sont déterminés par la différence entre les recettes et les dépenses réelles engagées par l’EURL.
  • Ces bénéfices sont soumis au barème progressif de l’IR.

Pour le régime à l’IS :

  • Les bénéfices sont déterminés par la différence entre les recettes et les dépenses réelles engagées par l’EURL.
  • Ces bénéfices sont soumis aux taux d’IS de 15 % et 28 % (25 % en 2022).

Optimiser sa fiscalité en EURL

Pour minimiser sa charge fiscale, l’associé unique d’une EURL peut envisager plusieurs stratégies :

  • Choisir le régime fiscal le plus adapté à sa situation : micro-entreprise, régime réel ou IS.
  • Déduire les charges professionnelles réelles pour réduire le bénéfice imposable.
  • Réaliser des investissements permettant de bénéficier de dispositifs de défiscalisation.

Afin d’optimiser au mieux sa fiscalité en EURL, il est recommandé de se faire accompagner par un expert-comptable qui saura conseiller l’entrepreneur sur les meilleurs choix fiscaux à effectuer.

L’impôt en EURL est un sujet complexe qui nécessite une bonne compréhension du statut juridique et des différents régimes fiscaux possibles. En choisissant judicieusement son régime fiscal et en optimisant la gestion de ses dépenses professionnelles, l’associé unique d’une EURL peut minimiser sa charge fiscale et ainsi favoriser le développement de son entreprise.

A découvrir également  Les erreurs à éviter lors de la création d'une entreprise

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*