L’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (Arce) : un soutien précieux pour les entrepreneurs

Vous êtes demandeur d’emploi et souhaitez créer ou reprendre une entreprise ? L’État français propose une aide financière, l’Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (Arce), pour accompagner les personnes dans cette démarche. Cet accompagnement est essentiel pour aider les entrepreneurs à surmonter les difficultés rencontrées lors des premières étapes de leur projet. Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir sur l’Arce : ses conditions d’attribution, son montant, sa durée et comment en bénéficier.

Qu’est-ce que l’Arce ?

L’Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (Arce) est une aide financière accordée par Pôle emploi aux demandeurs d’emploi qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise. Elle a pour objectif de faciliter le démarrage de l’activité en permettant aux bénéficiaires de disposer d’un capital de départ. L’aide est versée sous forme de capital, équivalent à une partie des allocations chômage restantes au moment de la création ou reprise de l’entreprise.

Qui peut bénéficier de l’Arce ?

Pour prétendre à l’Arce, il faut remplir certaines conditions :

  • Être inscrit comme demandeur d’emploi auprès de Pôle emploi.
  • Être bénéficiaire de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ou de l’allocation de sécurisation professionnelle (ASP).
  • Avoir obtenu l’accord de Pôle emploi pour bénéficier de l’Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise (Accre), qui est maintenant intégrée dans le dispositif d’exonération spécifique aux créateurs et repreneurs d’entreprise (Acre).
A découvrir également  Comment choisir la meilleure agence de traduction pour vos besoins professionnels

Il est important de noter que l’Arce n’est pas cumulable avec le maintien des allocations chômage pendant la création ou la reprise de l’entreprise. Les demandeurs d’emploi doivent donc choisir entre ces deux options.

Quel est le montant et la durée de l’aide ?

Le montant de l’Arce correspond à 45 % des droits à indemnisation restants au moment de la demande. Ce montant est versé en deux fois : une première moitié lors du démarrage effectif de l’activité, et la seconde six mois après, sous réserve que l’entreprise soit toujours en activité.

La durée de versement de l’aide dépend des droits restants du demandeur d’emploi. Il est possible que les versements soient suspendus si le créateur ou repreneur retrouve un emploi salarié pendant la période couverte par l’aide.

Comment demander et obtenir l’Arce ?

Pour solliciter l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise, vous devez suivre les étapes suivantes :

  1. Informer votre conseiller Pôle emploi de votre projet de création ou reprise d’entreprise.
  2. Déposer une demande d’Acre auprès de l’Urssaf ou de la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA), selon la nature de votre entreprise.
  3. Une fois l’accord pour l’Acre obtenu, transmettre ce document à Pôle emploi.
  4. Remplir le formulaire spécifique de demande d’Arce et le déposer auprès de Pôle emploi.

Après étude de votre dossier, Pôle emploi vous informera de sa décision concernant l’attribution de l’aide. Si votre demande est acceptée, vous recevrez un premier versement lors du démarrage effectif de votre activité, puis un second versement six mois après, sous réserve que l’entreprise soit toujours en activité.

A découvrir également  La SASU : une solution adaptée pour quelle entreprise ?

Les avantages et inconvénients de l’Arce

L’Arce présente plusieurs avantages pour les demandeurs d’emploi qui souhaitent entreprendre :

  • Elle permet de disposer d’un capital de départ pour financer les premières dépenses liées à la création ou reprise d’une entreprise (investissements, trésorerie, etc.).
  • Elle peut faciliter l’accès au crédit bancaire en apportant une garantie supplémentaire aux établissements prêteurs.
  • Elle est exonérée d’impôt sur le revenu.

Toutefois, l’Arce présente également quelques inconvénients :

  • Elle est soumise à des conditions d’éligibilité strictes.
  • Elle n’est pas cumulable avec le maintien des allocations chômage pendant la création ou reprise de l’entreprise.
  • Le montant de l’aide peut être insuffisant pour couvrir l’ensemble des besoins financiers liés au projet.

Pour les demandeurs d’emploi qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat, il est donc essentiel de bien évaluer les avantages et inconvénients de l’Arce par rapport à leurs besoins spécifiques et à leur situation personnelle.

L’Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (Arce) constitue un dispositif précieux pour soutenir les demandeurs d’emploi dans leur démarche entrepreneuriale. Permettant de disposer d’un capital de départ, cette aide facilite le démarrage de l’activité et peut contribuer à la réussite du projet. Néanmoins, il convient d’analyser attentivement les conditions d’éligibilité et les modalités de versement pour déterminer si ce dispositif est adapté à votre situation et vos besoins.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*